Découvrir les associations de professeurs de travaux manuels

L'ANPTMEM ne semble pas se sentir concernée par la mise en place de la technologie. Mais, dans la perspective d'une généralisation de la technologie à toutes les classes de troisième, la circulaire du 6 octobre 1964 prévoit d'étendre le recrutement à tous les professeurs de CEG (collège d’enseignement général). Cette décision, qui exclut les professeurs de travaux manuels, provoque l’indignation de Jacques Charlot, seul représentant au bureau de l'association de ses homologues hommes, très minoritaires parmi les professeurs de travaux manuels. Il souhaite que l'association prenne position et s'implique dans la mise en œuvre de l'enseignement de la Technologie, dans la défense des professeurs hommes qui revendiquent l'accès au certificat d'aptitude à l'enseignement. Se sentant isolé, il crée en 1967 l'Association Nationale des Professeurs d’Éducation Manuelle (ANPEM). Quand l'ANPEM se crée, tous les adhérents (une quarantaine) sont des hommes, souvent issus de l'enseignement technique, maîtres auxiliaires ou professeurs techniques adjoints. Quelques uns sont d'anciens élèves du Centre National des Professeurs de Travaux Manuels, leur nombre augmentera progressivement.